Chub d'automne

29 Ott 2018
Vota questo articolo
(1 Vota)

La température extérieure est bien tombée mais le soleil brille encore un peu. Pas de vent, les conditions sont pas mal pour aller traquer les chubs encore une (dernière ?) fois. Je sais toutefois que c'est quitte ou double, ils peuvent aussi très bien ne pas se montrer, préférant laisser passer le coup de froid pour attendre un peu plus de douceur. 

Finalement, je verrai de nombreux chevesnes, ils sont bien là mais pas vraiment actifs. J'en vois notamment plusieurs gros mais en mode cruising, 20-30cm sous la surface en train de se balader et ne s'intéressant que de très loin à mon Orikanemushi, l'ignorant même totalement la plupart du temps.

Alors que je regarde un gros troupeau d'ides en train de brouter en bordure, j'aperçois un peu plus loin un gros chevesne posté, enfin. Le nez dans le courant, le dos sous la surface. Je lui expédie mon Orikanemushi 50cm sur sa droite légèrement devant lui. D'un coup de caudale, il fait un quart de tour et s'approche, déterminé. A son comportement, je vois qu'il y'a de grandes chance de succès. Je fais légèrement trésaillir mon insecte pour qu'il le repère, il se positionne juste en dessous. J'arrête l'animation pour voir sa réaction. Il s'en désintéresse mais reste là, du coup je l'anime à nouveau légèrement, il ouvre son grand four et engloutit mon leurre. J'attend qu'il redescende la tête sous l'eau (zeeeeennnnnn) et envoie un bon ferrage, il est piqué et réagit d'une chandelle puis d'un rush qui me fait sortir du fil... pas mal ! Le fish est lourd et se défend vaillament, un vrai plaisir sur ma Light Cavalry.

ADSC05220b

C'est finalement un bon gros cochon de Seine de 56cm qui me rejoint, gras comme un loukoum, le pied. Décidément le mois d'octobre confirme que c'est le meilleur mois de l'année pour traquer les gros chevesnes et l'Orikamnemushi prouve que c'est LE leurre pour le faire.

ADSC05220c

 

Top