Eging - Encre toi et moi

07 Ago 2018
Vota questo articolo
(4 Voti)

Il y'a une pêche que je voulais pratiquer depuis longtemps, c'est le Eging. La recherche des céphalopodes aux leurres. J'avais acheté il y'a quelques temps 2 belles turluttes et n'avait encore jamais eu l'occasion de m'en servir. D'après l'ami François, c'est ici le lieu idéal puisque les seiches pullulent. J'avais eu l'occasion d'effectivement le constater lors de notre première session. En effet, alors que je cherchais la vieille avec une Dolive Shrimp, je me la faisais allègrement cisaillée par des seiches en folie. J'en ai même vu une suivre mon leurre jusque dans mes pieds.

Il ne ma fallut effectivement pas longtemps avant de faire ma première une fois la turlutte montée, idem, suivi jusque dans les pieds, posé du leurre sur un rocher immergé, attaque et ferrage à vue, magnifique. Bon, il ne me fallut pas longtemps non plus pour constater qu'elles sont capables de cracher leur encre à longue distance à l'air libre...

AIMG 1159 seiche 1

AIMG 1160 seiche 2

Quelques jours plus tard, et une fois mon camarade reparti sur le continent, je me lance dans un coup du soir avec un seul objectif, 100% Eging. Je pêche avec ma Light Cavalry Evergreen (une bombe de résonnance je rappelle ^^) histoire de ressentir la moindre touche (la plupart du temps très subtile), le moindre déplacement du leurre. D'après les conseils avisés de François, il n'est pas obligatoire de pêcher avec des grands mouvements de canne, comme on le voit souvent. Une animation, très lente, tout en souplesse avec des pauses marquées est tout aussi efficace. L'idée est de se faire voir le plus naturellement possible puis de laisser le temps à la seiche de venir et déclencher son attaque.

Rien pendant le premier ¼ d'heure, je prospecte méthodiquement la zone, la marée commence à remonter, je m'éloigne un peu vers une zone plus profonde et je ressens au loin une lourdeur soudaine, la sensation ne fait pas de doute, je ferre en douceur et la remonte doucement, effectivement c'est une seiche mais elle se décroche en surface. Je relance dans la même direction et alors que ma turlutte descend gentiment après une animation, je sens un très léger toc, ce sont les marteaux d'une seiche qui viennent de frapper mon leurre. J'attend qu'elle s'en saisisse complètement et ferre doucement. Pas de doute c'en est une et cette fois elle est bien prise. Je la hisse sur un rocher pou faire une photo en prenant bien soin d'éviter de l'orienter vers moi. Cette fois ça passe.

ADSC05047

10mn après, alors que je remonte ma turlutte le long des rochers sur lesquels je suis juché, j'aperçois une seiche qui la suit. Comme au premier jour, je la laisse retomber sur une roche immergé et je vois la seiche s'approcher décidée et s'en saisir. Un petit ferrage et un semblant de combat... il ne faut pas se le cacher ça tire pas trop sur les bras les engins.

ADSC05046

Je n'en verrai pas d'autre et il est déjà tard, l'heure de reprendre le vélo et de remonter la pente pour aller dîner. Voilà un animal hors du commun et une pêche qui sort de l'ordinaire, c'est toujours bon de varier les plaisirs.

ADSC05049

Top